Découvrir les Archives

Expositions virtuelles

L’exposition des Archives départementales pour l'année scolaire 2009-2010 portait sur le pianiste Francis Planté. Vous trouverez sur cette page une présentation de l'exposition, vous pouvez également consulter en ligne le catalogue en cliquant ici. Si vous souhaitez emprunter la version itinérante sur panneaux, retrouver plus d'informations en cliquant ici.

Affiche de l'exposition "Francis Planté, un homme d'exception"
©Conseil général des Landes

Affiche de l'exposition

Exposition "Francis Planté, un homme d'exception"

Lettres, photographies, partitions de musique, programmes de concerts, des revues musicales, affiche de l’époque, quelques objets et des extraits musicaux sont mis en scène pour entretenir le souvenir de ce très grand pianiste de l’époque romantique.

Trois-quarts de siècle ont passé depuis la mort de Francis Planté et lentement, sa mémoire s’efface dans la conscience des pianistes d’aujourd’hui. Tous ceux qui ont pu l’entendre, bénéficier de ses attentions et en faire bénéficier à leur tour leurs élèves ont à présent disparu. Qu’importe ! Francis Planté marqua son temps d’une façon indélébile, en traversant presque un siècle d’évolution du piano : grâce à sa précocité, il rencontra dans sa prime jeunesse Moscheles, grand ami de Beethoven, et grâce à sa longévité, il fut en prise directe avec les musiciens qui firent l’histoire du XXe siècle comme Darius Milhaud ou Alfred Cortot.

Sa carrière fut en effet l’une des plus longues de toute l’histoire de l’interprétation : elle dura 84 ans, du premier au dernier concert. Il joua avec tous les grands chefs d’orchestre, violonistes, violoncellistes et autres musiciens de son temps, fraya avec les grands compositeurs, de Berlioz et Liszt à Debussy et Rachmaninov, et avec quantité de personnages qui écrivirent l’histoire, rois et reines d’Europe, hommes politiques, aristocrates influents, écrivains et artistes des Beaux-Arts.

Encensé par la critique grâce à un jeu techniquement impeccable et qui savait tirer du piano des sonorités inconnues, Planté fut surnommé le " roi du piano " ou le " poète du piano " par ses contemporains qui lui accordaient à l’unanimité une supériorité sur tous les autres pianistes français. Sa renommée nationale et internationale fut immense, bien que sa situation de fortune, qui ne l’obligeait pas à gagner de l’argent pour faire vivre sa famille, fût l’une des raisons pour lesquelles il donna moins de concerts que d’autres et visita moins de pays. C’est bien là d’ailleurs l’aspect paradoxal et extraordinaire de l’aura de Planté et de l’impact qu’il eut dans le monde musical : n’aimant pas Paris, vivant le plus possible loin des tourbillons de la capitale, n’ayant jamais été professeur au Conservatoire, et n’ayant créé quasiment aucune œuvre, il réussit tout de même à influencer des générations de pianistes. Son talent, son charisme exceptionnel, son extrême bienveillance pour tous les jeunes musiciens qu’il admirait avec une réelle sincérité, firent de lui une légende vivante. Retiré à Saint-Avit, il ne fut en réalité " l’ermite des Landes ", comme il se plaisait à se nommer, que de façon très relative : de 1910 à 1930 environ, son domaine fut un centre musical d’une extraordinaire vitalité, qui attirait les musiciens de la France entière.

Mais Planté fut plus qu’un pianiste charismatique : doté de qualités humaines essentielles et d’une énergie hors du commun, il mit toute sa vie son art au service de la misère du monde et donna plus de concerts pour des œuvres de charité que pour son propre compte. Planté fut un grand artiste, qui mit ses valeurs en pratique jusqu’au bout : " La seule ambition de ma vie, être un homme de bonne volonté. "

 

Photographie de Francis Planté en noir et blanc, circa 1860, AD 40, 68 J 56, PNRLG.
©Camus James pour les Archives - Conseil général des Landes

Francis Planté vers 1860

Repères techniques et scénographiques

Quelque 100 m2 sont consacrés à cette exposition distribuée autour des trois grandes thématiques : formation musicale et début de carrière ; roi des pianistes et pianiste des rois ; l’Ermite des Landes.

Autour d'un module central sont disposés une quarantaine de documents originaux, deux bustes et 3 postes de diffusion audio.

Le concept :

La partition, le clavier de piano, le noir et le blanc, des couleurs par touches et un jeu de transparence permettant une perspective d’ensemble et aussi une découverte progressive de l’exposition.

1 visuel introductif, 3 thématiques réparties autour d’1 module central, représentation symbolique d’un piano à queue, servant de base à la projection de la vidéo sur Francis Planté, que vous pouvez visionner en cliquant ici.

Le public débute son parcours et la découverte de l’exposition au travers d’un voilage translucide imprimé. Ce voile en biais dans l’espace fait office de sas d’immersion et illustre le thème et l’ambiance générale de l’exposition, par le biais d’un grand visuel, d’un titre général et d’un texte introductif.

Photographie de Francis Planté en noir et blanc, circa 1890, AD 40, 68 J 56, PNRLG
©Camus James pour les Archives - Conseil général des Landes

Francis Planté vers 1890

Fête de la musique 2010

 

Dans le cadre de leur exposition consacrée à Francis Planté, les Archives départementales des Landes ont fêté la musique le lundi 21 juin en invitant le Conservatoire des Landes.

Les élèves du conservatoire des Landes lors de la fête de la musique 2010 aux Archives
©Camus James pour les Archives - Conseil général des Landes

élèves du conservatoire des Landes

Les musiciens de cet établissement ont illustré trois aspects de la carrière du pianiste landais : l’improvisateur, le virtuose et le chambriste. L’improvisation a longtemps été pratiquée par tous les musiciens et ce n’est que durant le XXème siècle qu’elle a perdu de son importance pour les musiciens classiques. Son rôle est pourtant considérable pour le développement des musiciens. Les élèves de l’atelier d’improvisation du Conservatoire, animé par Patrick Le Junter, ont donc permis d’écouter leurs créations.

Francis Planté a abondamment joué le répertoire romantique. C’est particulièrement la musique de Schumann (dont nous fêtons cette année le bicentenaire de la naissance) que quelques élèves des classes de piano illustreront. La musique de chambre est parfois présentée comme la quintessence de la musique ; c’est le lieu d’expression intime des compositeurs. Différentes formations d’élèves de Maurine Grais et de Patrick Le Junter en ont proposé quelques exemples.

Les élèves du conservatoire des Landes lors de la fête de la musique 2010 aux Archives
©Camus james pour les Archives - Conseil général des Landes

élèves du conservatoire des Landes