Conférence "Quand l'Adour était voyageuse et marchande"

Conférence Commerce fluvial de l'Adour du XIIIe au XIXe siècle

Mardi 9 novembre à 18h

Par Chantal Boone et Sophie Lefort-Lehmann.

Depuis le Moyen Âge, le commerce fluvial est important sur la Midouze et sur la partie navigable de l'Adour ; en témoignent l'activité portuaire de Mont-de-Marsan au XIIIe siècle ainsi que les conflits entre les négociants de Bayonne et les seigneurs qui contrôlent la navigation au XVIe siècle, époque de la fixation de l'embouchure à Bayonne. Ce commerce s'intensifie dès le XVIIe siècle grâce au développement du commerce transatlantique qui offre un grand débouché aux marchandises qui circulent.

La batellerie s'adapte alors à cette nouvelle demande. Des chantiers navals s'organisent dans les ports et les bateliers constituent un groupe social avec ses codes et ses savoir-faire. Les négociants connaissent alors une période de forte ascension sociale avant la concurrence du chemin de fer qui va progressivement, au cours du XIXe siècle et au début du XXe siècle, faire entrer en déclin les usages de la batellerie et les activités de l'Adour.

Docteur en histoire, Sophie Lefort-Lehmann est spécialiste du patrimoine fluvio-maritime. Enseignante en tourisme, histoire et patrimoine à Bayonne, elle occupe le poste de médiatrice culturelle pour le Pôle Patrimoine et l'Office de tourisme de la Ville de Bayonne. Elle est également l'auteur d'articles dans les revues Historia et Arcades.

Chantal Boone est docteur en histoire contemporaine (Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Paris) et spécialiste en histoire de la médecine et des sciences biologiques au XIXe siècle. Professeur en immunologie puis en histoire et géographie, elle a été enseignante au service éducatif des Archives départementales des Landes. Retraitée de l'Education nationale, elle est l'auteur de deux ouvrages, Léon Dufour (1780-1865), savant naturaliste et médecin et Hommes de sciences dans les Landes aux XVIIIe et XIXe siècles et codirectrice de publication des actes du colloque Herbiers, trésors vivants.

Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles.

En raison de la crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19, les conditions d'accés du public seront susceptibles d'évoluer.